GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Vendredi, 02 Février 2018 11:39

Agri + : un dispositif destiné au financement de l’agriculture familiale au Burkina Faso et au Mali

Le Mali, malgré de nombreuses initiatives, court depuis derrière l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire.  La petite agriculture peut être un rempart solide contre le phénomène. L’agriculture familiale englobe la foresterie, la pêche, l’élevage et l’aquaculture.  Elle se caractérise par la modicité des moyens de production. Car comme son nom l’indique, elle est gérée par une famille qui compose la main-d’œuvre non salariée, produit des biens pour l’autoconsommation et vend   une partie de sa production sur le marché.  Cette agriculture est la base de la production et peut permettre d’atteindre la sécurité et la souveraineté alimentaires dues à chaque individu, quel que soit son lieu de vie.

L’agriculture familiale, quand elle peut dégager des revenus, est plus productive et durable. Elle est moins consommatrice d’énergie par rapport à la surface utilisée. « Elle protège la biodiversité par l’utilisation de semences ou de races animales locales » indique SOS Faim Luxembourg.   Elle permet non seulement de fixer les populations dans les zones rurales mais aussi de maintenir le patrimoine agricole social et culturel d’une zone et   constitue par conséquent un moyen de lutter contre la pauvreté. « Les plus pauvres peuvent bénéficier de la croissance agricole grâce à la quantité de nourriture produite », SOS Faim Luxembourg.

Cependant, cette agriculture est confrontée à d’énormes enjeux dont celui de son financement. C’est pourquoi, la coopération luxembourgeoise à travers SOS Faim a initié un projet dénommé Agri +. Celui-ci est un dispositif destiné au financement de l’agriculture familiale au Burkina Faso et au Mali.

Il vise à instaurer une meilleure interaction et à accroître la confiance entre le secteur agricole familial et le secteur financier.  Car son accession au financement   est essentielle à son développement et à sa modernisation.

Il convient de noter que le projet AGRI + durera sept ans (2016 à 2022) et est financé par le Ministère des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg (MAEE). AGRI+ s’inscrit dans le cadre des politiques sectorielles des deux pays et également dans celui de la coopération bilatérale entre le Luxembourg et le Mali.

Source : Le Pays

 
Joomla Templates by Joomlashack