GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Lundi, 22 Janvier 2018 17:07

Projet d’accroissement de la productivité agricole au Mali : Les activités réalisées à hauteur de souhait

Ce vendredi 19 janvier 2018, la Direction des finances et du matériel du ministère de l’Agriculture a servi de cadre à une conférence de presse qui visait à faire le point sur les activités du Projet d’accroissement de la productivité agricole au Mali (Papam).

En décembre 2010, le gouvernement du Mali a signé un accord avec les partenaires techniques et financiers, notamment la Banque mondiale à travers le Fonds international pour le développement agricole et l’Union européenne pour la mise en œuvre dudit projet. Cet immense projet a pour objectif non seulement d’accroître la productivité agricole, mais aussi d’améliorer les conditions de vie des populations dans les différentes zones d’intervention. Il s’agit de cinq régions du Mali : Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et le district de Bamako.

Dans son allocution, le coordinateur national du projet, Moussa Camara, a martelé : « Le Papam, depuis son exécution, n’a cessé d’aider les localités en matière d’infrastructures économiques et surtout en gestion environnementale. Nous apportons un appui technique aux bénéficiaires sur l’irrigation et le maraîchage à travers des parcelles bien aménagées ».

Le représentant du Fida, Philippe Rémi, soulignera que l’avantage avec le Papam est surtout son aspect environnemental qui est le biogaz pour aider les femmes dans la cuisine et le bio digesteur comme engrais organique, 100% naturel pour la fertilisation des champs.  Partant, il a rappelé que le Fida a 35 années d’activités au Mali avec divers projets dont les résultats sont plus qu’encourageants.

Faut-il le rappeler, durant ses sept années d’activités, le Papam a réalisé les points suivants : La petite irrigation à travers l’aménagement de 2805 ha, soit un taux de réalisation de 112%, la mise en valeur de 1584,85 ha, soit un taux de 56%. A en croire les initiateurs de cette rencontre, 2628 personnes dont 2181 femmes, soit 83%, ont bénéficié de ces réalisations.

Quant au Fida, il a aménagé 144 ha, soit un taux de réalisation de 102% et mis en valeur 104,49 ha, soit un taux d’exploitation de 75% au profit de 6375 personnes dont 6248 femmes. Dans son volet adaptation de la petite agriculture au changement climatique, les 30 communes concernées ont bénéficié 543 bio-digesteurs.

Source : La Preuve

 
Joomla Templates by Joomlashack